Accueil » Actualité Planète & Environnement » Une nouvelle espèce de champignon découverte… sur Twitter !

Une nouvelle espèce de champignon découverte… sur Twitter !

Mille-pattes infecté par un nouveau parasite fongique
Partager

Une nouvelle espèce de champignon parasite des mille-pattes vient d’être découverte par la biologiste Ana Sofia Reboleira. Rien d’exceptionnel ? Cette espèce a pu être identifiée grâce au partage d’une photo sur… le réseau social Twitter. Une première, dans le monde scientifique !

D’une photo partagée à la découverte d’une nouvelle espèce

Cette histoire inattendue, qui a menée à la découverte d’une nouvelle espèce de champignon, débute de manière tout à fait banale. Ana Sofia Reboleira, chercheuse au Musée d’histoire naturelle du Danemark, déroule son fil d’actualité sur Twitter. Au milieu des photos de pâtisseries et vidéos de chats que l’on imagine, un tweet attire son attention.

Ce message, posté par le chercheur américain Derek Hennen du centre Virginia Tech (Virginie, Etats-Unis), représente la photo macroscopique d’un mille-pattes. Ce spécimen appartient à l’espèce Cambala annulata, que l’on trouve en Amérique du nord. Sur l’animal, Ana Sofia Reboleira distingue de minuscules protubérances : “quelque chose qui ressemble à un champignon”.

Photo du mille-pattes Cambala annulata partagée sur Twitter par le chercheur américain Derek Hennen. Les cercles rouges indiquent les endroits où est présent le champignon parasite.
Crédits – Université de Copenhague, Danemark

Suite à cela, la biologiste et son collègue Henrik Enghoff se plongent dans la vérification des collections du musée. Ils trouvent plusieurs spécimens de ces champignons sur les mille-pattes américains. Mieux encore, ce champignon parasite n’a encore jamais été documenté !

Ainsi cette nouvelle espèce, nommée Troglomyces twitteri, est un parasite fongique minuscule de l’ordre des Laboulbeniales. D’après les biologistes, ce champignon s’attaque aux insectes et en particulier aux mille-pattes. Il vit à l’extérieur de son hôte et cible la région des organes reproducteurs.

Le parasite fongique Troglomyces twitteri, vu au microscope.
Crédits – Université de Copenhague, Danemark

Réseaux sociaux et collections de musées, des ressources scientifiques complémentaires

Selon la scientifique Ana Sofia Reboleira, “c’est la première fois qu’une espèce est découverte via Twitter”. Dans un communiqué, elle s’exprime sur l’importance que peuvent revêtir les réseaux sociaux pour faire avancer la recherche scientifique. En effet, le nombre et la qualité des données partagées font que les réseaux sociaux jouent un rôle “de plus en plus important dans la recherche”.

Cependant, la biologiste précise également que la découverte de cette nouvelle espèce de parasite fongique n’aurait pas été possible sans la vaste collection du Musée d’histoire naturelle du Danemark. “Il y a bien plus de découvertes à faire dans ces collections que nous ne l’imaginons”, annonce-t-elle encore. Un argument de plus en faveur de la valeur des collections biologiques préservées dans les musées.

Partager
Ecrit par
Bandrui
Voir tous les articles
Laissez un commentaire